Retour page précédente

Entretien réalisé avec Audrey Teichmann dans le cadre de l'expostion À suivre... 2015, exposition des diplômés de l'ésam Caen/Cherbourg, dont elle était la commissaire.

Cet entretien a été publié dans le catalogue de l'exposition.

Ton travail est marqué d'une forte dimension performative, qui parfois intervient même avec la partie purement vidéo de tes pièces. Cette interaction entre le corps filmé et les corps agissant, avec le caractère imprévisible que cela peut revêtir, a-t-elle de l'importance pour toi?

Oui, l'imprévisibilité est importante car elle contribue à créer un moment qui n'a lieu "qu'ici et maintenant", un contexte unique où tous les éléments ne peuvent être maîtrisés, comme lors d'un concert ou d'un spectacle. De plus, faire cohabiter le corps vidéo et le corps du performeur permet de raccrocher au contexte de la projection le corps du spectateur, de par sa proximité avec celui du performeur. Tout n'est donc qu'une question de cadres différents et de porosité, de contamination entre eux. Je considère d'ailleurs le corps comme étant lui-même un cadre, celui de notre individualité dans le contexte du monde. Les corps sont des cadres sur pattes dont les individualités peuvent s'échapper et imprégner le monde par la parole, le travail, la création : l'action.

Construis-tu d'abord des plans, ou des actions ?

Tout dépend des pièces. Dans les deux travaux présentés ci-contre, Cadre et Champ Contre-champ, je construis d'abord des plans dans lesquels viennent se dérouler des actions, que j'ai planifié ou non. Mon travail de cadreur est ici analogue à celui du pêcheur qui choisit une zone où lancer sa ligne, règle quelques paramètres comme l'hameçon, le type de ver puis attend que quelque chose se passe. J'utilise l'imprévisibilité qui résulte de cette méthode pour créer une tension intéressante entre le réel et la mise en scène, et aussi comme une manière de produire une pièce dont certains éléments m'échappent. Je pense que le travail artistique se fonde dans la contradiction entre la volonté de l'artiste et la matière qu'il façonne. L'imprévisibilité est l'une de mes matières.

Quelles sont les autres matières essentielles de ces pièces ?

Cadre et Champ Contre-champ se font suite car ils abordent les problématiques que j'évoque plus haut: la notion de cadre, le rapport au contexte et à la réalité, ainsi que le questionnement sur l'essence du médium cinéma. Ce sont des notions qui ne cessent de se retrouver dans mon travail.

Catalogue de l'exposition
Vues de l'exposition
Plan de salle de l'exposition