L'école d'art et ses alternatives

Situation d'apprentissage auto-gérée, 2016

Retour page précédente

L’école d’art et ses alternatives fut réalisée par le collectif Temps Possibles, avec le soutien du collectif Yes We Camp, du 24 octobre au 4 novembre 2016 au sein des Grands Voisins à Paris. J’en ai assuré, en binôme, la coordination de son équipe d’organisation.

Communication visuelle : Caroline Gauthier.

Cette page est hébergée sur ce site à titre informatif. Elle ne remplace pas une véritable archive web du regroupement, collective, plurielle, pensée et assumée, qu'il reste à construire.

« Du 24 octobre au 4 novembre 2016, les collectifs Temps Possibles et Yes We Camp proposent douze jours de workshop étudiant à Paris. Face à la précarisation des écoles supérieures d’art, face à la fermeture de l’école de Perpignan, face à la situation alarmante de l’école d’Avignon, face à un vieux monde qui se meurt, face à des discriminations et des stigmatisations en tout genre, face à des subventions qui s’évaporent, à des systèmes administratifs labyrinthiques, face à face, nous vous invitons à venir repenser les écoles d’art, imaginer leurs futurs et leurs alternatives.

De quelles écoles voulons-nous ?

Fin mai 2016, 70 étudiant.e.s venus de 15 écoles différentes ont investi l’école d’art d’Avignon pour participer à un workshop d’occupation pendant une semaine. L’école supérieure d’art d’Avignon connaît actuellement une crise budgétaire et pédagogique majeure, qui rappelle la situation de l’école d’art de Perpignan avant sa fermeture en juin 2016.

Cette occupation a permis d’enclencher et d’affirmer des réflexions collectives sur la structure des écoles d’art, leurs précarisations, leurs pédagogies, les rapports de force qu’elles peuvent entretenir avec les collectivités locales et la place qu’elles accordent aux étudiants. Le mois de mai 2016 a aussi été un carnaval de violences policières et la mise en exergue d’un état répressif. En solidarité avec les mouvements « par le bas », une occupation des Beaux-Arts de Paris a éclos, un espace stratégique de résistance, de pensée et d’échange a vu le jour aux Arts Décos de Strasbourg , un workshop à l’EMA de Châlon-sur-Saône est né.

Ce rassemblement d’initiative étudiante est à construire par tout.e.s les participant.e.s. C’est un point de convergence que l’été n’a cessé de faire bouillir. Plusieurs interventions sont déjà confirmées et chacun.e.s des participant.e.s peut proposer un atelier ou un temps de rencontre pendant ces douze jours. Le collectif Temps Possibles se met à disposition de toutes celles et ceux qui souhaiteraient une aide pour la mise en place de leurs propositions. Nous habiterons le site des Grands Voisins, un projet d’occupation temporaire de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul dans le quatorzième arrondissement de Paris. Piloté par les associations Aurore, Plateau Urbain et Yes We Camp, les Grands Voisins représentent aujourd’hui un millier de personnes qui habitent et travaillent sur le site. Environ 600 personnes y vivent : 300 résidents accueillis par l’association Aurore, 250 locataires du foyer Coallia et l’équipe de Yes We Camp. Plus de 300 personnes y travaillent, dans 70 associations, entreprises, et ateliers, et 80 étudiants dans l’école de sages-femmes de Baudelocque.

Un logement gratuit (en tente) et des repas à petits prix sont proposés sur inscriptions. Les inscriptions sont nécessaires pour le logement et les repas sur place, elles ne concernent pas la participation aux ateliers. »

Présentation du workshop autour de l’école d’art et ses alternatives, collectif Temps Possibles, texte diffusé par site web, réseaux sociaux et affichage print, octobre 2016.