L’air de rien

installation vivante dans l’espace public, 2021

Pendant quatre mois, j’ai coordonné une série de performances qui reproduisaient des scènes du quotidien au bord d’une rivière. Elles n’étaient pas identifiables en tant qu’interventions artistiques, rien ne permettait de les distinguer des agissements habituels par les promeneur·euse·x·s et les passant·e·x·s. Par une communication conséquente autour du projet (panneaux, réseaux sociaux, presse locale), j’ai essayé d’induire une profonde modification de la perception des usager·ère·x·s. Qu’est-ce qui est une scène de vie banale et qu’est-ce qui est une mise en scène ? Cette silhouette là-bas, est-ce un·e·x enfant qui pêche ou un·e·x performeur·euse·x ? C’est toute l’expérience de la promenade qui se décale, devient plus curieuse et plus forte.

Un film réalisé par Pierre Cailloux, La chasse à l’air de rien, permet de suivre le processus de création.